Il faut une réelle expertise et de l'expérience à un syndic pour négocier avantageusement les contrats d’électricité d'une copropriété. Sans même parler des différentes taxes, obligations et contributions, les offres des fournisseurs exigent de bonnes connaissances techniques pour être analysées dans le détail. L'électricité pour une copropriété est un enjeu qui mérite l'accompagnement d'un expert de l'énergie.

Or, les gestionnaires de copropriétés n'ont pas de temps à consacrer à la renégociation de leurs contrats d'énergie. Ou alors ils n'ont pas les compétences techniques pour prendre en charge ces dossiers pourtant essentiels.

Maîtriser le coût de la fourniture d'électricité

La copropriété concerne environ 10 millions de logements en France, soit près d’un tiers du parc immobilier français. Une très grande majorité se trouve dans les grandes métropoles et dans les centres des communes.

L’énergie représente une part toujours plus importante du budget des syndicats de copropriété. Cette situation amène les copropriétaires à nourrir d’importantes attentes vis-à-vis de leurs gestionnaires dont ils exigent conseil et maîtrise budgétaire.

Pourtant, entre l'augmentation du prix de l’électricité et la hausse des taxes, il est souvent bien compliqué de déterminer le montant des factures d’énergie à l’avance. De plus, il n’est pas toujours simple de comparer les offres entre elles. Voici quelques éléments pour identifier les fournisseurs et les contrats les plus adaptés à une copropriété.

Le syndic doit prendre en compte les spécificités de la copropriété pour négocier les contrats d’électricité

Toutes les copropriétés ne se ressemblent pas. En fonction de sa taille, de ses équipements ou encore de son système de chauffage, le profil de consommation d’une copropriété ne sera donc pas toujours le même. Avant de démarcher les fournisseurs, il est important de prendre en compte plusieurs paramètres.

  • Zone géographique (notamment pour définir la période moyenne de chauffage)
  • Énergies requises : électricité, gaz, fioul…
  • Équipements et leurs consommations moyennes : ascenseurs, VMC, éclairages, piscine, système de vidéo-surveillance…
  • Efficacité énergétique
  • Historique de consommation

En anticipant les éventuelles modifications qui auront un impact sur les besoins de la copropriété (travaux d’amélioration énergétique, changement d’ascenseur pour un équipement moins énergivore ou mise en service d’une piscine par exemple), vous pouvez ainsi déterminer le type de compteur. Ce travail est à faire pour chaque immeuble de la copropriété pour aboutir à une base de données fiable et actualisée.

Pour un contrat d’électricité, cette démarche est primordiale car il est fréquent que l’offre ne soit pas adaptée. D’importantes économies sont alors accessibles. C’est un peu moins le cas pour le gaz où la seule optimisation réelle est d’ajuster la taille du raccordement au réseau de distribution.

Mettre en concurrence les fournisseurs

Vous pouvez ensuite contacter les fournisseurs qui vous semblent les plus intéressants. Selon la taille de la copropriété et son volume de consommation, vous avez une marge de manœuvre plus ou moins grande pour négocier les meilleurs contrats d’électricité. L’approche est en effet différente entre une copropriété qui dispose d’un contrat d’électricité uniquement pour l’éclairage et une autre possédant des équipements très énergivores (piscine, climatisation, etc.).

Nous avons opté pour un contrat groupé pour l’ensemble de nos copropriétés auprès d’un seul fournisseur. Cela nous donne une force de négociation qui nous permet d’obtenir des gestes commerciaux importants.
Anne, gestionnaire à Lyon

Toutes les informations de votre cahier des charges sont à partager avec les fournisseurs d’électricité que vous souhaitez comparer. Il faut tout de même échanger avec chacun pour préciser vos attentes et valider leur bonne compréhension. Cela prend du temps mais c’est un mal nécessaire pour que les offres qui vous parviennent correspondent réellement à vos besoins.